Au-delà de l’Œdipe, l’invention*

L

e succès contemporain des partis extrémistes de droite s’enracine dans une nostalgie bien illusoire d’un ordre supposé, régi sans faille par un idéal d’autorité. Force est de constater que le XXIe siècle est bien celui du déclin de l’autorité, du glas de l’idéal paternel, lorsque le régime de la vérité s’est trouvé ébranlé. Pour le pire ? Le dernier enseignement de Lacan nous laisse plutôt saisir combien l’au-delà de l’Œdipe laisse place à l’invention, au bricolage singulier, à la psychose ordinaire, soit à la multiplicité des possibilités de nouages subjectifs comme autant de respirations. D’ailleurs, le déclin de l’autorité est-il celui du Père ? Les psychanalystes opposants au mariage pour tous et à la GPA ont voulu le faire croire, confondant la fonction paternelle et son incarnation. Si Lacan nous convie à nous avancer au-delà de l’Œdipe, du Père freudien, c’est plutôt pour souligner que les véritables ressorts logiques de la fonction paternelle étaient masqués par l’idéal de l’autorité. S’ils se réduisent à peu de chose, à une fonction de nomination du réel, ils en conservent toute leur efficience. Le Nom-du-Père, « on peut aussi bien s’en passer. On peut aussi bien s’en passer à condition de s’en servir »[1], énonce Lacan dans le Séminaire XXIII, on peut se passer du Nom-du-Père, selon sa conception initiale, on peut se passer du Père freudien, voire de son incarnation, à condition de se servir de la fonction de nouage sinthomatique auquel le Nom-du-Père se trouve réduit. Rappelons que le terme de « sinthome » est l’ancienne orthographe de « symptôme ». Lacan joue sur l’équivoque « saint homme », pour souligner la réduction du père au symptôme, soit à la mise en fonction de la connexion du signifiant maître et l’objet a pour nouer les éléments de la structure.

* Extrait de Marret-Maleval S., « Le père, de l’autorité à l’invention », in Inventions et nouages, Scripta documents, revue de l’ACF en CAPA, octobre 2020, p. 10-26.

[1] Lacan J., Le Séminaire, livre XXIII, Le Sinthome, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 2005, p. 136.