L’Un-l’Autre

Penser le moment actuel est nécessaire au regard de la clinique. Se faire « docile » [1] aux
positions subjectives, toujours inédites parce que singulières, implique une attention renouvelée aux formes contemporaines du Malaise dans la civilisation [2].
Ainsi, comment lire et interpréter ce qui se joue dans la montée au zénith social des études de genre (gender studies) ? Dans la rencontre avec l’Autre sexe ? Le discours de la science, tel qu’il aborde « l’affaire
sexuelle » [3], entraîne à certains égards une forclusion du sujet. Nous proposons ici de lui redonner place selon la partition qui suit.

 

Cinq axes seront à l’étude.

Anatomie et destin subjectif éclairera le (non) rapport entre le discours de la science et le sujet. Trans/détrans, dysphorique/euphorique, binaire/non binaire, mais comment le sujet s’embrouille et se
débrouille-t-il avec sa jouissance ?

La montée au zénith des particularismes précisera en quoi les revendications identitaires poussent les uns-tout-seuls au communautarisme. Plutôt que de favoriser le lien social – en témoigne
l’entrée récente au Larousse du terme « racisé » –, quels peuvent être en effet les effets ségrégatifs du langage ?

Hors normes. « Je ne suis ni homme, ni femme, ni gay, ni lesbienne, ni hétéro… Je suis moi » [1], telle pourrait être
la formule de ce troisième axe. Face à la pluralisation des noms-du-père, « l’individualisme moderne » [2]favorise la multiplicité des identités.

Stylé ! Avoir la classe, soigner son style, se défaire des règles d’usage et de la langue… S’habiller aux couleurs de sa jouissance. Lorsqu’il s’agit de rencontrer l’Autre sexe, de faire avec le
non-rapport, à chaque Un son style symptomatique !

L’amour, encore ? Selon J.-A. Miller, le « débat d’aujourd’hui, en particulier concernant le lien sexuel, se déroule, comme prévu par Lacan il y a maintenant trente ans, entre routine
et invention » [3]. Des signifiants fleurissent quant à la rencontre des corps. Ainsi, quels sont les nouveaux arrangements entre les sexes ?
Oserions-nous : hommes, femmes, que reste-t-il ? 

Un feuilleton : « L’affaire David Reimer ».

Nous vous proposons de parcourir la tragique histoire de David Reimer, à partir du livre du journaliste John Colapinto intitulé Bruce, Brenda et David. Ayant subi une réattribution sexuelle à ses huit mois, ses parents
décident de l’élever comme une fille, avec le soutien de John Money, psychologue et pionner de la théorie du genre. Pour connaître la suite, ne manquez pas de lire chaque nouvel épisode.

Le glossaire répertoriera les mots et nouvelles créations verbales pour dire l’unicité et les revendications identitaires associées. Les néologismes sont multiples, les définitions aussi.

 

À chaque nouveau numéro, L’Un-l’Autre vous proposera de nouvelles définitions, des comptes rendus d’articles, d’émissions, de tribunes et d’ouvrages ainsi qu’une petite touche musicale qui donnera le tempo.
Maintenant que la première mesure est donnée, vous trouverez ci-dessous les informations nécessaires pour nous adresser vos contributions vives et éclairantes ! 

Nadège Duret

[1].  Énoncé extrait d’un reportage intitulé « Photographie : sexualités alternatives et transidentité », disponible sur Arte.

[2].  Miller J.-A., « Les six paradigmes de la jouissance », La Cause freudienne
, no 43, octobre 1999, p. ??.

[3].  Ibid.